Carte-world.jpg

Terres Brulées

Enquête photographique sur la route des phosphates et des produits chimiques dans l’agriculture intensive.

Série en cours

 

De Gafsa à Gabès, de l’extraction au traitement chimique, le phosphate emprunte un circuit identique depuis plus de 100 ans.

Cette ressource naturelle, pilier de l’économie tunisienne, est exportée à plus de 90% à l’étranger pour être utilisé comme engrais sur les terres agricoles françaises et européennes.

Son exploitation entraine depuis des décennies des mouvements sociaux et économiques importants en Tunisie qui se sont accrus depuis la chute de l’ancien dictateur Ben Ali en 2011.

Mais elle a aussi des conséquences graves sur l’environnement et sur la santé. En Tunisie, son extraction et sa transformation chimique, pompe les nappes phréatiques et une fois rejetée dans la nature, tue petit à petit, les terres et leurs écosystèmes. Les populations locales souffrent de maladies chroniques telles que l’asthme et autres problèmes respiratoires mais aussi de cancers ou encore de malformations génétiques.

Au bout de son voyage, le phosphate, utilisé à grande échelle dans l’agriculture, créé un phénomène d’eutrophisation provoquant l’appauvrissement des sols, polluant les rivières et générant la prolifération de nouveaux phénomènes tels que les marées d’algues vertes.

 

Ce phénomène, que l’on peut voir en Bretagne, est dû à ces algues qui se nourrissent de nitrate et de phosphore issu des engrais utilisés dans l’épandage des terres agricoles, envahissant les plages pendant les périodes estivales. Leur décomposition provoquant une concentration de gaz qui, à haute dose, peut être mortels.

De nombreuses associations, médecins et activistes tentent de sensibiliser les pouvoirs publics à ce phénomène alarmant.

Cette enquête photographique nous amène de la Tunisie jusqu’en France, sur la route d’un minerai au coeur de l’agriculture moderne et de l’économie mondialisée en documentant les différentes étapes de l’utilisation des engrais et produits chimiques dans l’agriculture contemporaine.

D’un bout à l’autre de la route, « Terres Brulées » propose une réflexion sur l’impact de cette industrie dans nos sociétés. Dénonçant à la fois les conséquences sur l’environnement et les populations tout en posant le re regard sur les initiatives locales qui tentent de trouver des alternatives à cette problématique mondiale.

 

Revue de presse