LE POISON DE GABES

2016

TN-TERRES BRULEES-2.jpg
 

L’usine qui transforme le phosphate en engrais rend malade la terre et les hommes.

 Depuis le début des années 1970, le littoral de Gabès abrite une usine de transformation des phosphates, du Groupe Chimique Tunisien (GCT). Les engrais agricoles produits ici sont ensuite exportés à 90% vers l’Europe ou le reste du monde. L’exploitation du phosphate reste aujourd’hui un secteur clé de l’économie de la Tunisie, 5e producteur mondial.

Mais, ce qui devait faire la richesse économique du territoire l’a en réalité empoisonné. Rejetés en mer, les résidus de la transformation des phosphates tapissent les fonds marins, provoquant la disparition d’une multitude d’espèces animales et végétales. L’oasis voisine de Chenini, un trésor naturel inscrit sur la liste indicative de l’Unesco, se retrouve sans eau, à cause des pompages d’eau incessants de l’usine. Plus grave : de nombreux habitants souffrent de cancers, de maladies des os ou encore de pathologies respiratoires, liées aux rejets atmosphériques du GCT.

Oubliés des pouvoirs publics, les habitants ont décidé de réagir. Depuis la révolution de Jasmin en 2011, des associations se sont créées pour alerter l’opinion publique sur ce désastre environnementale et sanitaire.